Le 5 juin 2019, la jeune artiste Carla dévoilait au monde ce qui serait le tube d’une génération : Bim Bam Toi. Mais il fallut un peu de temps. Si le morceau passa inaperçu sur le moment, une première vague d’intérêt des esthètes musicaux apparut lorsque le titre fut sélectionné pour représenter la France lors de l’Eurovision de la même année. 

Un classique instantané.

Toutefois, malgré ce premier rebond, c’est le 7 décembre que le grand public a enfin accès au refrain entraînant du morceau via la publication d’une courte vidéo de la Youtubeuse fitness Juju Fitcats où cette dernière mène un playback et une chorégraphie endiablée alors qu’elle est coincée dans un avion.  

Entre parodies et autres détournements, la popularité de la vidéo provoque un raz de marée sur le du clip de Carla, enregistrant plusieurs millions de vues en quelques jours et restera plusieurs semaines à la première place des playlists Spotify de plusieurs pays, dont la France, la Pologne ou encore l’Italie (dont les bons goûts musicaux ne sont plus à prouver).

Enfin, le monde était prêt au déferlement !

La reprise qui a lancé le succès. Attendez la fin de la vidéo, vous serez surpris.

Le monde de la musique immédiatement impacté.

Le célèbre, mais néanmoins discret, DJ d’origine lyonnaise Dj Traboule, déclare alors : 

“Des morceaux ayant une telle portée universelle, on en avait pas connu depuis Despacito. J’avais beau préparé des mixs de post-drum’n bass ou de hardetck reggae les plus pointus, il ne se passait pas une soirée sans qu’on me le réclame”.

D’autres cadors du genre comme Laurent Garnier ou Rone ne s’y sont pas trompés, le morceau venant généralement clôturer leurs concerts.

D’autres témoignages affluent, comme Mathysse, élève de 6e B qui ne fera aucune déclaration, mais effectue devant nous, et apparemment chaque jour lors du repas familial, la célèbre chorégraphie. 

L’Histoire sans fin.

Mais que c’est-il passé dans la tête de Juju Fitcats en ce mois d’octobre ? Si, a priori le contexte du couple qu’elle forme depuis plusieurs années avec Tibo InShape semble des plus tendus, avait-elle besoin d’aller déterrer son succès Youtube passé pour évoquer ce qui pourrait être une rupture avec son partenaire historique.

Source : PurePeople

Nous vous laissons donc découvrir le clip sorti ce dimanche 18 octobre.

Moins qu’une parodie, le dévoiement total.

Bim Bam Toi est un morceau qui évoque avant tout l’émotion, transcende le sentiment amoureux, du dépassement de soi. Les paroles transpirent la générosité du don de soi, la passion adolescente, la forme la plus pure du conatus, le tout porté par des hormones en pleines ébullitions, indivisible.

Or, que nous propose ici Juju Fitcats face à cette tentative d’universalité? Une réponse matérialiste, sortant de l’évocation originelle pour se tourner vers la description d’une multitudes de petites séquences de vie tirées du quotidien. 

Ce n’est plus le coeur qui bat ici, il est question de coups de fourchettes, de taille de pénis, de porte monnaie, et de ce qui semble être une rapport maternel.

Il est toutefois important de noter que, sur ce dernier point, on peut entrevoir le désir de notre star fitness de sortir du carcan patriarcal. Chose louable bien entendu, l’art musical, de par son immédiate relation au corps, cathartique, est certainement le médium le plus approprié pour l’acte émancipatoire. Le prouve, l’apparente facilité avec lequel les paroles ont été écrites, et le clip tourné, permettent à notre artiste d’offrir au plus vite son message*. 

Mais a t-elle besoin pour cela de n’en rester qu’à des questions matérielles ?

N’eut-il pas été préférable de mettre alors en avant d’autres déterminismes historiques de la condition féminine, de ces trop nombreuses fonctions héritées d’une emprise systémique de l’homme sur la femme ? 

Par exemple, il eût été intéressant de savoir quel soutien offre Tibo InShape face aux attaques sexistes que la chaîne de Juju Fitcats doit faire face ? En effet, il n’est plus à prouver que les espaces de diffusions d’artistes féminines sont un haut lieu de dangers que les leurs homologues masculins connaissent dans des mesures bien moindres. Au lieu de parler de ses repas, ou de ses horaires de sommeil, n’eut-il pas mieux fallu creuser là où  les (res)sentiments se font plus profonds ?

Bref, quitte à détourner les paroles originales, pourquoi ne pas opérer un renversement total ? A la place de l’exaltation amoureuse, faire place aux blessures inhérentes au rapport amoureux une fois passé l’étape de la célèbre “lune de miel” ?

Le monde ne pourra jamais assez remercier Juju Fitcats de son apport au genre musical tout entier. Sa vidéo du 7 décembre 2019 est d’ors et déjà une pierre qui marque l’Histoire.

Combien parmi nous n’ont-ils pas écouté le morceau au réveil lors de l’épreuve que fut le confinement ? Lors de ce temps abondamment offert, le titre de Carla est un phare dans la nuit, une promesse que face aux inéluctables conditions de vie qui se détériorent encore aujourd’hui, c’est vers l’émotion brute, vivante, nécessaire, vers laquelle nous devons nous tourner.

Une séparation fait partie des pires épreuves de la vie. Juju Fitcats cherche ses réponses, comme nous tous ; alors, sachons pardonner, car il ne s’agit plus seulement de Bim Bam Toi, mais de penser au Bim Bam Nous.

Julien De la Jal
Grand reporter

* Et de nouveau : tout au contraire de l’impressionnant clip de Carla qui démontre une solide production audiovisuelle aux petits oignons.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here